Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Le Corps qui parle

Gaëlle Pierreuse

Psycho-somatothérapie et Hypnose Au Coeur de Soi

17 place de l'église   44290  PIERRIC

06 10 48 13 76

Cabinet 

Les 5 blessures fondamentales

Trahison   Rejet   Abandon   Humiliation   Injustice


Nous ne sommes pas nos comportements, nos actes et nos pensées.


Nous le vivons ainsi, uniquement si nous nous identifions à eux.


J'ai envie aujourd'hui de partager mon ressenti par rapport à cela.


Ce que je me suis aperçue, pour l'avoir vécu, accueilli en moi et avec les autres, c'est que chaque fois que nous avons besoin d'amour, d'être aimé, reconnu, entouré, choyé, admiré, encouragé, etc.


nous cherchons le regard de l'autre pour y arrivé, pour être validé, pour être légitimé, etc.


C'est humain, mais qui dit humain, dit tous les possibles, dans notre part de lumière et notre part d'ombres.

Qui mieux que l'autre pour nous éclairer, comme un miroir sur notre chemin, s'arrêter, regarder, ouvrir son coeur, accueillir, se poser et laisser vivre l'émotion qui est là, nichée en soi, dans l'autre.


Ce qui est important, pour moi, il me semble, c'est que tant que nous ne verrons pas en nous, c'est à dire tant que la lumière ne se fera pas sur nos ombres, alors l'autre sera le méchant, celui qui est moins bien que soi, celui que l'on juge, ou bien celui qui est mieux, plus, etc.


Et tous ces comportements ont pris leur source dans notre enfance et même dans l'intra-utérin.

Déjà tout petit nous arrivons avec des blessures qui vont générer nos futurs comportements face aux situations que nous allons rencontrer dans notre vie. Certaines sont plus importantes que d'autres. Elles vont définir notre relation à l'autre. Car à cause de ses blessures nous aurons construit des masques pour nous protéger, des stratégies dans le but de ne pas à nouveau revivre ses blessures.


Mais moins nous les accueillons et plus elles se cuirassent, dans le corps et notre mental.

Selon la morphologie de la personne, il est possible de voir quelle blessure s'est inscrite en elle.

Selon le regard, l'attitude, les mots employés, il est aussi possible de voir quelle blessure est plus présente qu'une autre.


Et je le souligne à nouveau, cela ne détermine pas qui nous sommes. Cela montre uniquement les costumes que nous portons pour nous protéger, pour ne pas souffrir.


En somato-hypnose, je vous propose de venir vous rencontrez, vous accueillir avec ce qui vous êtes et ce que vous pensez être.


Si cela résonne en vous, alors vous êtes au bon endroit, connecté à votre être et je serais heureuse de vous accompagner dans ce processus de découverte et de réparation de soi.


Gaëlle Pierreuse


Bien respirer pour bien vivre

Bien respirer pour bien vivre

Les traumatismes s'inscrivent inconsciemment dans la structure même de notre respiration et laissent des traces qui perturbent le schéma respiratoire.

Tout obstacle à cette liberté de respirer sera lié à des troubles physiologiques ou psychologiques.

La respiration a un rôle important dans le fonctionnement du système digestif (estomac, intestins).

Elle favorise la digestion et l'élimination, régule l'ensemble du tonus musculaire qui influence à son tour, l'attitude corporelle et donc, notre confiance, notre voix, notre capacité d'action et bien d'autres choses.

Des tensions musculaires peuvent avoir un rôle néfaste dans la respiration en bloquant le mouvement des cotes.

Le mouvement respiratoire doit se faire en prenant appui sur la colonne vertébrale, et non sur le sternum comme cela arrive parfois.

L'amélioration d'un problème respiratoire doit souvent commencer par une libération des tensions vertébrales.

L'excès de stress est parfois la cause d'un blocage respiratoire mais le plus souvent la cause remonte à des blessures, traumatismes non résolus dans la construction de la personne.

Les relations profondes unissant la vie émotionnelle et la respiration font que les problèmes affectifs liés au développement de l'enfant et de l'adolescent s'expriment dans des attitudes corporelles et respiratoires correspondants aux attitudes psychologiques de défense. Ces attitudes justifiées par les circonstances à un certain moment de la croissance personnelle risquent de se cristalliser et de devenir chroniques, alors même que les circonstances qui les justifiaient à l'origine ont disparu.

Le résultat, chez l'adulte : un blocage dans le développement personnel sur le plan psycho-émotionnel et, sur le plan physique, la stagnation dans des attitudes corporelles qui en sont l'expression inconsciente.

Le travail de libération des tensions profondes et anciennes, en massage comme en somatothérapie, fait parfois remonter des réactions émotionnelles liées à ces tensions non résolues. C'est la révélation de ces émotions enfouies (colère, peur, tristesse, sentiment d'abandon, etc.) qui va permettre aux tensions de relâcher leur contrainte. C'est une véritable libération pour la personne qui effectue ce travail.

Libérer sa respiration n'est pas chose facile, il faut laisser son corps accéder à la respiration instinctive qu'il garde toujours en mémoire.

Ce lacher-prise va confronter la personne à l'inutilité de tensions qu'elle a pourtant maintenues au prix d'une dépense d'énergie couteuse et d'un désagrément. On s'inflige parfois jusqu'à s'emprisonner dans une cuirasse , des tensions qui n'ont plus de raison d'être.

Le corps sait comment respirer, il sait déconstruire les remparts de tensions que nous nous sommes bâtis, si nous lui en donnons l'occasion en comprenant pourquoi il a du un jour, se crisper pour se protéger, et en l'accompagnant dans le lâcher-prise.

Texte inspiré de Manuel GASTAMBIDE

Etre vivant dans son corps

Etre vivant, se sentir vivant, ressentir la joie, la tristesse, la colère, tous ces sentiments qui nous traversent à chaque instant de notre vie.

Je suis là , assise devant mon ordinateur, et je pense à vous , à moi , à nous tous et je me dis qu'en ce moment des personnes comme vous et moi, se posent, se centrent et avec des yeux grands ouverts , le coeur grand ouvert, tous nos sens en éveil, nous faisons le bilan de notre histoire, passée , présente.

Qu'est ce qui va , qu'est ce qui ne va pas .

Qu'est ce que je peux changer pour aller mieux, qu'est ce que je ne veux plus ou pas , qu'est ce que j'aimerai , etc.


Avant tout je veux , comme vous , vivre, sentir dans mon coeur et dans mon corps , la joie, le plaisir, la satisfaction , le fierté, etc.

Mais ressentir la tristesse, la peine , l'agressivité, la colère , la jalousie, la douleur, c'est vivre aussi.

C'est se donner le droit d'écouter et d'exprimer, de façon responsable, les émotions et les sentiments qui nous habitent.

Notre vécu constitue notre réalité, et écouter ce vécu c'est se respecter et se libérer enfin.

Nier notre vécu c'est se nier soi-même et nous nier, faire comme si nous n'étions pas considérés. 

Si nous nions nos émotions , nous ne les libérons pas, elles ne disparaissent pas, elles se logent quelque part dans le corps et dans le psychisme pour se manifester un jour ou l'autre sous forme de maladie.

Nous avons besoin de partager notre souffrance, nos expériences douloureuses, le besoin d'écoute qui nous habite est légitime , nécessaire pour se libérer.

Je suis convaincue qu'il nous faut adopter en tant que personne, une attitude aimante et acceptante pour aider les gens.

Nous ne pouvons pas , par la seule pensée rationnelle , résoudre les problèmes d'origine affective.

Laissez traverser vos émotions agréables ou douloureuses, acceptez-les , vivez-les .

Même si vous n'y mettez pas de mots, peu importe , c'est un peu de libération à chaque fois.

Prenez soin de vous, je vous souhaite beaucoup d'amour, de douceur, de chaleur.

" L'homme est fait pour vivre en relation avec les autres et quand il se retire pour fuir une réalité insupportable, c'est souvent pour y trouver une souffrance plus grande encore que celle à laquelle il a voulu échapper ".

L'être humain a besoin des autres.

0